Souvent, lors de présentation de manips, je vous parle des différents programmes : le 109, le 137, le 139, … mais à quoi cela correspond-il ? Si vous voulez le savoir, cet article est fait pour vous. Mais pour commencer, voici une vidéo du Biomar, le bâtiment dans lequel nous travaillons lorsque nous ne sommes pas sur le terrain.

Le 109 - ORNITHOECO

Ce projet, géré par le Centre d’Etudes Biologiques de Chizé, étudie les oiseaux et mammifères marins en tant que témoins des changements globaux dans les écosystèmes marins de l’océan Austral. Il concerne plus de 30 espèces de prédateurs marins suivies depuis plus de 60 ans (Grands Albatros, Orques, Pétrels Géants, …). Parmi les critères d’étude, on retrouve l’abondance des populations, le devenir des individus bagués, leur régime alimentaire et bien d’autres. La combinaison de ces informations avec des données de l’environnement physique, nous permet de mieux comprendre comment les prédateurs marins répondent aux changements globaux.

Concrètement, et de manière simplifiée, sur le terrain ce programme consiste à baguer, peser, compter et mesurer différentes espèces d’animaux.

Le 119 - ECONERGY

Ce projet de recherche, géré par l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien, est consacré à l’étude des adaptations physiologiques et énergétiques, mais aussi aux compromis évolutifs qui sont associées à la biologie si particulière des manchots royaux durant leur vie à terre. Celle-ci est caractérisée par une période de croissance exceptionnellement longue, interrompue par un jeûne hivernal partiel chez les poussins, et par un long jeûne total chez les adultes pendant leur cycle reproducteur.

Concrètement, et de manière simplifée, sur le terrain ce programme consiste à peser et mesurer des manchots royaux choisis en début de saison. Il faut également faire des prises de sang et observer le comportement de ces animaux.

Le 133 - SISMOLOGIE

L’objectif principal de ce projet est l’observation des mouvements du sol sur les hautes latitudes de l’hémisphère sud, habituellement peu échantillonnées. Les données enregistrées sont mises gratuitement à disposition de la communauté scientifique internationale en temps réel. Ces données contribuent tout autant aux études tomographiques de l’hémisphère sud, qu’aux études de sismicité ou de bruit microsismique.

Pour faire simple, à Crozet, ce programme enregistre les mouvements du sol grâce à des sismomètres.

Ce programme est géré par l’Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre.

Le 136 - SUBANTECO

Les îles subantarctiques sont géographiquement isolées des continents et constituent les seuls habitats terrestres présents à ces latitudes. Notre connaissance de la biodiversité subantarctique et de l’écologie des espèces est encore incomplète. Les insectes et plantes peuvent représenter des éléments clés. Dans ce projet, sont étudiés les variations spatio-temporelles de la biodiversité subantarctique, les processus d’invasions biologiques, les effets des variations environnementales sur l’écologie et la physiologie des espèces.

Pour faire court, à Crozet, il faut effectuer des inventaires et des prélèvements d’invertébrés et de plantes à différents endroits de l’île.

Ce programme est conjointement géré par le CNRS et l’Université de Rennes.

Le 137 - ANTAVIA

Dans le cadre des changements globaux attendus, il est urgent d’appréhender le devenir des écosystèmes et de la biodiversité qu’ils hébergent. L’étude des conséquences environnementales sur les traits phénotypiques des organismes, ainsi que celle des stratégies adaptatives des populations, sont fondamentales. Grâce aux suivis à long-terme des manchots (royal, adélie et empereur) et des océanites de Wilson, le projet 137 a pour principal objectif la compréhension des processus écologiques et évolutifs qui façonnent les populations. Ce programme dispose maintenant de bases de données sans équivalent sur les manchots : un total de 13000 individus suivis sur plus de 20 ans chez le manchot royal. Cela nous permet par exemple d’étudier les liens entre la variabilité environnementale et la survie, la phénologie, et les performances reproductrices et de recherche alimentaire, selon leur âge, leur statut ou expérience, leur qualité, ou d’autres traits phénotypiques.

Parmi les nombreuses tâches de ce programme que l’on trouve à Crozet, il y a : des mesures, du transpondage, des prises de sang, du comptage et bien d’autres activités, le tout sur les manchots royaux

Ce programme est géré par Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien.

1 / 12
2 / 12
3 / 12
4 / 12
5 / 12
6 / 12
7 / 12
8 / 12
9 / 12
10 / 12
11 / 12
12 / 12

© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE
© Arnaud FARRE

Le 139 - GEOMAGNETISME

L’observatoire magnétique permanent de Crozet, géré par l’Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre, est localisé dans un lieu éloigné et isolé. Il se révèle donc capital pour l’observation du champ magnétique interne mais également pour l’étude des phénomènes engendrés par le vent solaire à la surface du globe (géoeffectivité). Cet observatoire répond aux normes et standards internationaux de plus haute qualité grâce aux développements de procédures et chaînes d’acquisitions spécifiques. Le champ magnétique de la Terre est enregistré en continu avec des taux d’échantillonnage de 1 seconde. Les mesures manuelles absolues des composantes du champ magnétique sont également effectuées quotidiennement tout au long de l’année. Le traitement des données et, leur diffusion, auprès du Bureau Central de Magnétisme Terrestre, comme auprès des centres mondiaux de données géophysiques, sont effectuées toutes les 12h UT grâce au système d’acquisition intégrant des protocoles d’expéditions. La continuité, la qualité, la stabilité et l’homogénéité de ces observations sont de première importance pour leur utilisation en continue par l’ensemble de la communauté scientifique.

À Crozet, nous devons effectuer des mesures du champ magnétique tous les jours, ainsi que nous assurer du bon fonctionnement de la chaine d’acquisition, tout comme pour la Sismologie.

Le 394 - OISEAUX PLONGEURS

L’objectif du projet IPEV « Oiseaux Plongeurs » 394 est d’étudier les stratégies alimentaires et énergétiques d’oiseaux marins s’alimentant par plongée (manchots, cormorans, pétrels) jouant un rôle clé dans les chaînes alimentaires de l’océan austral. Une approche pluridisciplinaire basée sur le « bio-logging » est menée sur les plans :

  • des déplacements en mer dans les 3 dimensions (plongée)
  • de l’énergétique des déplacements en mer
  • et d’autres …

Concrètement, il s’agit en partie de poser des loggueurs sur des individus (manchots royaux) via des opérations chirurgicales. Ces loggueurs permettent de récupérer des données telles que la température, la pression, …

Ce programme est géré par l’unité mixte de recherche Stress Environnementaux et BIOsurveillance des milieux aquatiques.

Le 416

Ce programme, géré par le laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, étudie l’évolution des concentrations des gaz à effet de serre. L’objectif est de fournir un suivi à long terme de l’atmosphère dans le cadre du Service National d’Observation ICOS-France et du réseau international GAW (Global Atmospheric Watch) de l’Organisation Météorologique Mondiale.

Concrètement, sont effectués des prélèvements d’air en flacons (CO2, CH4, CO, N2O, SF6, H2) de manière hebdomadaire.

Le 688 - NIVMER

Comme son nom l’indique, le but de ce programme, géré par le Laboratoire d’Etudes en Géophysique et Océanographie Spatiales, est de surveiller l’évolution du niveau de la mer.

Concrètement, à Crozet, nous faisons des tests de réflexométrie afin de trouver un site idéal pour le suivi long terme via cette méthode.

Le 1028 - GMOSTRAL

Ce programme a pour objectif d’observer le mercure atmosphérique.

Le mercure (Hg) est un composé neurotoxique important globalement dispersé dans l’atmosphère. La population humaine est principalement exposée au mercure via l’alimentation (produits de la mer principalement). En 2017, la Convention internationale de Minamata est entrée en vigueur. Celle-ci vise à limiter l’utilisation, les émissions et les effets sur la santé du mercure à l’échelle mondiale.

Concrètement, tous les 3 mois nous mettons en place des “pièges” à mercure que nous envoyons aux laboratoires.

Mon rôle dans tout cela

Pour ma part, je suis chargé de m’assurer du suivi des programmes 133, 139, 416, 688, 1028, et des aspects informatiques du programme 137. Aider les autres programmes sur le terrain fait aussi partie de mon travail.